vendredi 8 novembre 2013

Mendoza

Du 29 au 31 octobre 2013

Galère pour le logement!

Toutes les AJ nous refusent depuis notre arrivée en Argentine car nous avons un mineur avec nous!
Nous nous sommes donc réfugiés dans un hôtel (Le Zamora), cité par le routard: accueil déplorable, j'ai dû insister pour changer de chambre car nous avions été relégués au fond de la cour, avec les cafards!

Bref, même si la ville en elle-même ne nous a pas déplu, nous avons dès le lendemain loué une voiture pour deux jours, préférant aller visiter les environs, tant vantés par les guides.

Quelle déception! Les bodegas à visiter sont regroupées dans des "quartiers" aux alentours de Mendoza. Nous nous attendions à de beaux domaines, perdus au milieu des vignes, comme à Cafayate... Raté. Les petites villes alentours sont bétonnées, les bodegas noyées au milieu des ruelles encombrées de camions et voitures. Les grands domaines quant à eux sont effectivement au milieu des vignes, un peu plus bucoliques (bien que...) mais ne se visitent que sur rdv, nous nous sommes faits refoulés de 3 domaines! Et dire que les agences vendent cette excursion en vélo!?

Et bien nous emmènerons Gaëtan visiter les vignes dans notre bon vieil arrière pays varois!


Direction la route n°7, qui mène à la frontière chilienne, au parc de l'Aconcagua, immense volcan de près de 7000m.










Nous avons retrouvé le sourire car malgré le temps nuageux, la route est effectivement magnifique. Nous avons longé tout le long de la route une ancienne voie de chemin de fer, complètement à l'abandon (grrrr).







Sur les derniers 80 km, pas de ville, tout juste quelques bâtiments regroupés en hameaux ici et là, se transformant en station de ski en saison.
Tristesse! 






Nous nous sommes arrêtés pour la nuit à Puente del Inca. Une curiosité a rendu célèbre ce petit "village": une arche naturelle recouverte de concrétions minérales de couleur jaunâtre. Les eaux thermales coulant en dessous ont jadis attiré de nombreux touristes, un hôtel de luxe y était même installé, desservi par la fameuse voie de chemin de fer que nous avons suivi.



Presque tous les hôtels sont fermés, le seul que nous avons trouvé était complet! 
Que faire?

Et bien nous avons "frappé" à la porte de la caserne militaire de l'autre côté de la rue! Le bâtiment des officiers a été reconverti en partie en hôtel, très cher au demeurant, mais la différence n'a pas de prix!
Nous avons donc été recueillis par le régiment des chasseurs de haute montagne... et passé la soirée au messe des officiers!

















Après une nuit bien fraîche et un petit déjeuner à mourir de rire (café soluble et fonds d'un paquet de gâteaux secs), nous sommes allés au dernier bled de cette route n°7, Las Cuevas, pour aller voir une statue du christ, surplombant les versants chiliens et argentins de la cordillère des Andes. Encore raté! La route, annoncée praticable avec une simple voiture de tourisme, est en fait creusée par des coulées d'eau, rendant l'usage d'un 4x4 indispensable!
Demi-tour...


Direction le parc national de l'Aconcagua.




Il fait froid là-bas, premier constat. Mais nous le savions, alors...gants, bonnets, écharpe etc... De nombreux chemins de randonnée partent du point d'information, allant de 5h à 21 jours pour ceux qui tentent l'ascension du sommet. Pour notre part, nous nous sommes contentés de la balade d'une heure, petite boucle permettant de profiter de la beauté du paysage...même si le volcan est resté mystérieux car perdu au milieu de la chantilly blanche et épaisse formée par les nuages! Pas grave, nous avons pris un bon bol d'air frais et les montagnes alentours sont vraiment belles. Nous avons même aperçu des condors!!!














Sur la route du retour, après une bonne parilla arrosée d'un petit Malbec, nous avons pris...la pluie! 
Re re re zut!














Nous avions prévu de prendre un bus de nuit le 1er au soir, après avoir passé une dernière journée en ville. Au vu du temps annoncé, nous avons accéléré le pas, rendu la voiture à 17h, pris un taxi à 17h15, changé nos billets à 17h30 (après avoir négocié la gratuité de la modification) pour partir à 17h45...ouf!

Encore une nuit dans le bus... Au fait, pour se rendre de Mendoza à Bariloche, il y a un arrêt avec changement à Neuquen. A savoir que si le premier bus arrive en retard, le billet pour le second est perdu! Il ne faut donc réserver que le premier billet, on a ainsi largement le temps d'acheter le second en arrivant à Neuquen, d'autant plus que vous pouvez alors faire jouer la concurrence et prendre l'heure qui vous intéresse...

Et nous voilà en route pour l'entrée de la Patagonie...





1 commentaire:

  1. Toujours intéressant. j'ai donné l'adresse du blog à des amis qui voulaient vous suivre.
    Bisous
    Marie-France Bollier

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus, en mettant à la fin vos noms et prénoms
2) Dans le menu déroulant, vous pouvez sélectionner juste Anonyme ou bien mettre votre adresse mail dans Open ID
3) Cliquer sur Publier enfin
4) Prouvez à l'ordinateur que vous n'êtes pas un ordinateur (!!!) en remplissant le code (ne mettez pas d'espace)

Et un gros MERCI !!!!